Situation de la langue française

Le rendez-vous de l'Alliance française

Salah Stétié, poète, essayiste, ancien ambassadeur du Liban (à l’Unesco, aux Pays-Bas, au Maroc, puis Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères)

C’est tout naturellement que Salah Stétié, écrivain majeur de la francophonie, d’origine franco-libanaise, ami du réseau international des Alliances françaises, auteur de Le français, l’autre langue (2009), s’exprimera au Centre 

Universitaire Méditerranéen : Nice fait face, en effet, en Afrique du Nord, en Afrique noire et au Proche-Orient, à des pays qui, à côté de leurs langues respectives, font le plus large usage de la langue française et souvent à son 

meilleur. La langue de Molière et de Victor Hugo n’a jamais été aussi utilisée dans le monde, mais elle rencontre des résistances venues, d’une part, de l’expansion de plus en plus large de l’anglais et de l’espagnol et, d’autre 

part, ici et là, d’un réveil identitaire qui prône, contre le français, langue de culture, le recours exclusif aux langues nationales. C’est à débrouiller cet écheveau de contradictions que s’attachera l’écrivain, poète et diplomate, 

qui fut l’un des membres fondateurs de la Commission de terminologie et de néologie installée auprès du Premier ministre, sous l’égide de l’Académie française. Selon Salah Stétié, le français n’a pas de crainte à avoir pour son avenir.