Pas en mon nom ? Objection de conscience et désobéissance civile

Rencontres Philo mardi 05 juin 18:00

Pas en mon nom ? Objection de conscience et désobéissance civile

Julie Saada, professeure de philosophie à Sciences Po

Qu’il s’agisse d’enrôlement militaire, de mariage de couples de même sexe, d’avortement, de vaccination,

de scolarisation ou d’impôt, des demandes sont régulièrement faites d’être dispensé d’obéir à la loi au nom de

convictions morales ou religieuses formulées en termes d’objection de conscience. Celle-ci est parfois reconnue par le droit, mais elle est aussi souvent comprise comme une demande de privilège qui romprait l’égalité des citoyens et délierait certains de leurs obligations civiles tout en les laissant bénéficier des avantages de la vie sociale.

Quelles sont les conditions par lesquelles l’objection de conscience a été rendue possible ? Quels rapports entretient- elle avec la résistance, la désobéissance civile ou la rébellion ?