Notre langue française

Edition spéciale jeudi 13 décembre 16:00

Éric Naulleau, auteur, critique littéraire et animateur de télévision

Jean-Michel Delacomptée, écrivain et essayiste

Conçue, à l’origine, pour être écrite avant d’être parlée, la langue française a toujours obéi à une double vocation, politique et esthétique. Politique par sa volonté d’égalité vers le haut, esthétique par sa dimension foncièrement littéraire. Des Serments de Strasbourg à l’ordonnance de Villers-Cotterêts, du bouillonnement de la Pléiade à la rigueur de Malherbe, les propos de Jean-Michel Delacomptée traverseront, pour s’en émerveiller, l’histoire de notre langue – possessif pluriel en forme de prière laïque. Car Jean-Michel Delacomptée s’inquiète. Il craint que la standardisation, l’obsession de l’égalité par le bas, la technicité triomphante, la novlangue, le déracinement, ne portent au français un coup fatal. Et si nous continuons à saccager notre langue, nous détruirons avec elle non seulement notre idéal républicain et notre culture, mais notre civilisation elle-même.