Les philosophes musulmans au Moyen-Âge I (VIIe - XIIe)

Chaire Jean-François Mattéi

Hervé Pasqua, titulaire de la Chaire Jean-François Mattéi, Centre de Recherche en Histoire des Idées, Université de Nice Côte d’Azur

Dans cette première leçon, Hervé Pasqua étudiera le contexte dans lequel la philosophie se développe en terre d’Islam. Quand Mahomet meurt en 632, le philosophe Simplicius (490-560) était la dernière grande figure païenne de la philosophie grecque, il incarnait le néoplatonisme païen face à Jean Philopon (490-570) qui illustrait la christianisation du néoplatonisme alexandrin en se dressant contre l’idée de l’éternité du monde. Les premiers penseurs de la nouvelle religion musulmane hériteront de ce contexte. Ils trouveront chez les chrétiens d’Orient une grande vitalité intellectuelle qui leur donnera accès aux oeuvres de Platon et d’Aristote. Avec la religion chrétienne et la religion juive, ils partageaient une nouvelle donnée : le monde est l’oeuvre d’un Dieu créateur. Il n’est pas éternel. Philosophie (falsafa) et théologie (kalâm) se rejoignaient.