Le mythe romantique du voyage en Italie au XIXe siècle

Littérature mercredi 18 novembre 16:00

Geneviève Winter, agrégée de lettres, ancien professeur en classes préparatoires, puis inspecteur d’académie, présidente de l’Alliance Française de Nice (2012-2017), auteur de plusieurs ouvrages sur la littérature des XIXe et XXe siècles

L’Europe de la Méditerranée doit une partie de son identité culturelle à la tradition du « Voyage en Italie », qui naît en Angleterre au XVIe siècle et devient rapidement un rite de formation pour la jeunesse européenne et un loisir pour un public curieux et avide de voyages, en France notamment. Au lendemain de la Révolution, les écrivains de la génération romantique voient en l’Italie, mère de la culture classique, berceau de la chrétienté et jardin des arts, une seconde patrie, à la mesure de leurs rêves. Créateurs de cette Italie mythique, les écrivains, Chateaubriand, Musset, Lamartine, Stendhal, les musiciens comme Berlioz et Liszt, mais aussi les peintres et les architectes tissent avec la Péninsule, la « sœur latine », des liens que les aléas et les bouleversements de l’histoire n’ont jamais desserrés : cette aventure passionnante mérite qu’on s’y arrête, aujourd’hui plus que jamais, à l’heure des solidarités.