La Révolution française et l'invention de la Terreur

Cycle "Terrorisme et nihilisme"

Bruno de Cessole, écrivain, journaliste, critique littéraire

Patrice Gueniffey, historien, auteur de La politique de la Terreur, essai sur la violence révolutionnaire (Fayard)

Les mots « terrorisme » et « terroristes » font leur apparition dans la langue française en 1794, pour désigner à la fois une période de la Révolution française (1793-1794) et la politique menée par la Convention afin de lutter contre les menaces de l’extérieur et de l’intérieur, susceptibles de mettre fin à l’unité de la nation et au projet de régénération politique initié par les hommes de 1789.
Cette politique nouvelle mettant en œuvre mesures d’exception, violence d’État, et instrumentalisation de la peur, fut-elle un « dérapage » accidentel, produit des circonstances, ou l’aboutissement de la logique révolutionnaire ? Sujet récurrent de polémiques et de controverses entre historiens et politologues, la Terreur révolutionnaire française demeure la référence obligée de tous les terrorismes d’État, du XIXe au XXIe siècle.

N’est-il pas légitime de se demander si elle n’est pas, aussi, par réaction, la cause de l’inversion du sens du mot « terrorisme » depuis le XIXe siècle, l’acception usuelle du terme désignant la lutte menée contre les États par des organisations subversives visant à imposer leurs buts politiques par la terreur ?