L’égalitarisme, une passion française

Cycle « qu’est-ce que l’esprit français ? » jeudi 15 novembre 16:00

Bruno de Cessole, écrivain, journaliste, critique littéraire
Si l’égalité juridique est une valeur républicaine incontestable, elle a cependant produit une perversion :
l’égalitarisme, idéologie contestable qui, depuis la Nuit du 4 août 1789, ne cesse de hanter notre histoire politique et sociale. De Gracchus Babeuf, chantre de la collectivisation
des richesses et des moyens de production jusqu’à Jean-Luc Mélenchon et sa France insoumise ou même Benoît Hamon et son projet de revenu universel, la revendication égalitaire, née du ressentiment et de la jalousie, reste la pierre de touche du clivage entre la gauche et la droite. Et un pérenne facteur de divisions politiques. Ainsi que Tocqueville l’avait souligné, la passion de l’égalitarisme conduit nécessairement à l’amoindrissement des libertés.
Mais elle est aussi un facteur de blocage économique et social qui aboutit à l’inverse de ce qu’elle prône. L’idéal proclamé par le célèbre refrain de la Carmagnole, « Tous à la même hauteur, voilà le vrai bonheur » ne serait-il pas l’un des pires symptômes du « mal français » ?