André Malraux, voyageur par essence

Cycle biographies

Jean-Claude Perrier, journaliste et écrivain

Depuis que, gamin solitaire et pas très heureux, il rêvait devant les photos et les grands reportages de L’Illustration, des noms de lieux mythiques résonnant dans sa tête, André Malraux a, plus que tout autre homme, créateur,  écrivain, ressenti un impérieux appel vers l’ailleurs. Soit celui de son temps, de préférence en mutation, qu’il est allé voir, afin de témoigner, de raconter, ou de romancer. Soit celui des grandes civilisations du passé, mortelles elles aussi, mais dont il continuait à percevoir les échos, dialoguant avec leurs souverains légendaires : Alexandre le Grand, la Reine de Saba… Tout ceci a nourri la vie, irrigué l’œuvre de Malraux, indissolublement liées. Nous le suivrons dans quelques-unes de ses « aventures géographiques », au Yémen, bien sûr, mais aussi au Cambodge, en Indochine, en Afghanistan ou en Inde.